Intriguée par cette matière mystérieuse et attirée par son aspect précieux, brillant et profond, le coup de foudre fut immédiat. Il m’a fallu deux ans pour faire sa connaissance, un certain temps pour me l’approprier et pour oser prendre des libertés.
Ma préférence s’est portée sur les laques contemporaines, qui offrent un éventail infini de couleurs et la possibilité de marier les techniques (encres, acrylique, mine graphite…). Ces vernis possèdent aussi des avantages écologiques en cohérence avec mes valeurs personnelles.
Mon travail se situe à la croisée de l’artisanat et des beaux-arts, car j’accorde autant d’importance à l’acquisition et la conservation d’un geste qu’à l’expérimentation plastique.
Je compose mes laques comme des fenêtres sur des songes, des univers à part entière.
Dans un monde où tout doit être fini avant d’être commencé, où ralentir est synonyme de perte de temps et où l’on oublie trop souvent de rêver, j’aimerais que mes tableaux soient des respirations, des îlots de quiétude et des parenthèses oniriques.
Contempler est pour moi un moyen simple de se reconnecter à la Nature, au moment présent et enfin, à soi-même. Une porte sur l’Ici et Maintenant.

Parcours
Etudes à l’École Nationale Supérieure des Arts Appliqués et des Métiers d’Art  (ENSAMAA) et obtention un DMA en Décor Architectural spécialité Laque.
Formée aux trois principales techniques de laque pendant deux ans.
Choisit la voie de la création plutôt que celle de la restauration et prend le parti des laques industrielles, fascinée par le choix de couleurs et par la possibilité d’association à d’autres techniques.
De plus, le métier de laqueur est en pleine évolution depuis quelques années. Certains solvants contenus dans les laques industrielles, estimés trop polluants au vu des considérations écologiques actuelles, sont amenés à disparaître. Le matériel change, le savoir-faire évolue.
Lorsque j’ai l’opportunité d’installer mon atelier, je décide d’anticiper et choisis les vernis hydrosolubles (diluables à l’eau), beaucoup plus «propres». Cependant, je n’ai jamais travaillé avec au cours de mon cursus, car leur arrivée sur le marché est relativement récente. S’ensuit une période d’expérimentation pendant laquelle j’apprivoise ces nouveaux vernis. 
Je rejoins mes anciens professeurs au sein de l’association LAC (Laqueurs Associés pour la Création), un  regroupement de laqueurs contemporains qui œuvrent pour la valorisation et la visibilité de leur savoir-faire.
Pause dans ma pratique en septembre 2016.

Principales expositions
2015 Exposition Espace Saint-Martin – Paris
2014 19e Salon de peinture et sculpture du Lions Club – Paris
2013
Festival « Prends ta place » – Prix du public – Saint Fargeau Ponthierry
18e Salon de peinture et sculpture du Lions Club – Paris
22e salon municipal de peinture et sculpture – Prix du vice-président du conseil général – Boissise le Roi
Une commune/un art en festival 16e édition – Saint Fargeau Ponthierry
Rétrospective de l’atelier de vitrail de l’ENSAAMA – Œuvre en collaboration avec Julien Schram – Olivier de Serre -Paris
2012
17e Salon de peinture et sculpture du Lions Club – Paris
Marché de Noël sur le stand du vignoble Château La Tessonnière – Vaux le Penil
21e salon municipal de peinture et sculpture – Boissise le Roi
Exposition chez L’Oréal France – Saint Ouen
Une commune/un art en festival 15e édition – Saint Fargeau Ponthierry
17e salon de peintures et sculptures du Lions Club – Paris
2011 
10e Anniversaire de l’atelier de laque d’Olivier de Serre – Paris
Exposition « Peinture Sculpture » – La Pommeraye 
2010 
Salon Révélations – Saint Georges sur Layon
2009 
Expostion au Bard’Art – Barbizon
2008 
Exposition collective de fin de diplôme – galerie « Sous le métro » – Paris

Contact
8 allée des peupliers
77310 Saint-Fargeau-Ponthierry
aurelie.pimont@gmail.com